Pianiste de jazz - compositrice


Née en 1966 à Namur (Belgique), Nathalie Loriers reçoit d'abord une formation musicale classique avant de s'intéresser rapidement au jazz.
Elle obtient en 1990 un premier prix de piano jazz et d'harmonie jazz au Conservatoire Royal de Musique de Bruxelles.


Ses projets en tant que leader

En peu de temps, elle réussit à s'établir au premier rang des musiciens de jazz belge.
En 1989, à l'âge de 23 ans, l'Association Belge des Critiques de Jazz l'élit "Meilleur jeune talent" du pays.
En 1990, elle gagne le 1er prix de "Meilleur Jeune Soliste" au Brussels Jazz Rally.

Elle sort sur le label Igloo, en 1991, son 1er CD (sous sa propre régie) "
Nymphéas" avec la complicité de Kurt van Herck (sax), Philippe Aerts (contrebasse) et Mimi Verderame (batterie). Avec ce groupe, elle remporte le 1er prix au Concours des Radios Publiques des Pays de Langue Française (CRLPF) devant la France, la Suisse et le Canada.
"Tout ce que le "courant européen" a fait de mieux est dans le disque de Nathalie Loriers (...) Emballant (...) Des compositions chatoyantes, travaillées, conçues comme de véritables chansons, un groupe qui se tient, où tout le monde est encore supérieur à la somme de ses excellentes parties, c'est la grande révélation de la rentrée !" (Philippe Baron "Privilège de la musique" - nov. 91.)

En 1992, la Radio Télévision Belge Francophone (RTBF) lui offre un programme exclusif d'une heure durant lequel elle invite quelques pointures du jazz belge : Sadi, Jacques Pelzer, Steve Houben, David Linx, Diederik Wissels, ... Depuis, elle y est l'invitée régulière, notamment en octobre 1994, lors du seul concert de jazz qui ait jamais eu lieu au Palais Royal ,aux côtés de Steve Houben Elle se produira devant la famille royale la même année en compagnie de Toots Thielemans au Palais des Beaux-Arts à l'occasion de l'anniversaire de la mort du Roi Baudouin .

Au début de l'année 1993, Nathalie Loriers retourne en studio, cette fois avec le Master of the cool, Lee Konitz, ainsi qu'Al Levitt et Philippe Aerts. Après une série de concerts à travers la Belgique et la France, le groupe enregistre le CD "
Discoveries".

"Ici, outre Konitz et Levitt, deux vieux grands routiers du jazz, deux amoureux de la multiplicité de l'instant, il y a à découvrir une mémorable pianiste belge appelée Nathalie Loriers (...) Commencez l'écoute à la plage 6 - piano solo - où Loriers improvise à la manière qu'on pourrait appeler Konitzienne : elle se laisse porter par la musique qui sort d'elle comme à son insu, sans thème préconçu, et finit par tomber sur du terrain connu ... (Norberto Gimelfarb "Viva la Musique" - mensuel suisse - mars 1994 n° 160)

La même année, Nathalie Loriers sort un nouveau CD sous son nom avec, en invités, Cameron Brown (contrebasse), Rick Hollander (batterie) et un jeune saxophoniste belge, Jeroen Van Herzeele : "
Dance or die".
Le groupe sera invité au Festival International de Jazz de Middelheim l'été de cette même année et se produira lors d'une série de concerts en Belgique et en France.

" on aime le quartet de Nathalie Loriers parce qu' il joue vrai, juste, précis et parce qu'il a une maturité et une force stupéfiante !" (La Voix du Nord)

"Dans une complicité somme toute assez inattendue qui culmine dans le superbe "Dance or Die" (...) étape dans la carrière d'une instrumentiste qui n'est plus une promesse mais un talent "affirmé" (Une autre chanson - jan. 94).

"Il y a chez elle un soupçon de fragilité, d'incertitude en plus, qui est la trame de l'émotion. Et insensiblement, ses compositions grattent la joliesse apparente pour libérer des chants inquiets (...) aisance (...) sens mélodique très sûr" (Jazzman - suppl. du Monde de la Musique).

Avec "
Walking through walls ... walking along walls" (1995), on la retrouve dans la formule épurée d'un trio formé avec Hans Van Oosterhout (batterie) et Sal La Rocca (contrebasse). Le trio se produit lors de nombreux concerts et festivals internationaux, notamment à l'Audi Jazz Festival, le Festival International de Jazz de Montréal, le 1er Euro-Arabe Jazz Festival (en Syrie et Jordanie), le Festival de Jazz de Liège, ... Il sera également invité pour une série de concerts au Canada avec, en special guest, Philip Catherine.

"L'impudeur de sentiments, une douce oscillation entre délicatesse extravertie et intériorité dévoilée (...) Lyrisme en demi-teinte, nuances de toucher, écriture inspirante, fraîcheur de l'improvisation (...) Nathalie Loriers cumule les atouts. De manière d'autant plus convaincante que son rapport au temps, au silence, respire une sérénité malicieuse". (Guide des Nouveaux talents, Alex Duthil - Jazzman n° 24 - avr.97).

"Le dernier CD de Nathalie Loriers apporte la preuve que la formule du trio lui convient le mieux (...) Il émane de son jeu une volupté riante, une intelligence minutieuse en parfaite alliance avec une vélocité sachant laisser la place aux clameurs essentielles" (Marc Danval - Tenue de Ville - févr. 96)

"Contrastes des climats, swing ensoleillé sourdant au détour d' un recueillement diaphane ou d' un questionnement ombrageux. Du grand art !" (Le Soir - MAD - 04/1/96)

"Avec des comparses-complices totalement à l'unisson de ses conceptions musicales, la jeune pianiste y affirme une personnalité remarquable, un toucher magnifique, un sens de l'espace éblouissant (...)". (Thierry Quenum - Jazz magazine - Juin 96.

C'est au sein de son trio que Nathalie Loriers poursuit son évolution depuis quelques années. Le trio enregistre en 1999 son deuxième cd "
Silent Spring" avec Sal La Rocca et Hans Van Oosterhout.
Cet enregistrement sorti à Paris chez Pygmalion, rencontre un succès énorme (premier CD Jazz en Flandre) 4 fois étoilé chez Jazzman (le premier magazine Jazz en France) et sélectionné par la chaîne Paris Jazz.Le trio se produit dans de nombreux festival en France ,Suisse,Brésil(Chivas festival),et au Japon(Tokyo et Osaka) où les deux cd's en trio seront réédittés.

En Mars 1999 elle reçoit le DJANGO D'OR belge qui consacre sa carrière.
L'année 2000 commence de la meilleure façon qui soit: événement exceptionnel dans le monde du Jazz: elle emporte le premier EURO DJANGO . Ce trophée récompense pour son talent et son oeuvre une artiste parmi les meilleurs jeunes musiciens européens contemporains.
Dans le monde très masculin du Jazz, cet événement est d'autant plus relevant qu'il s'agit d'une femme, belge de surcroît.
La pianiste est aussi la préférée du "Jazz Pool 99" de la VRT (Télévision belge néerlandophone.) qui l'a élue meilleure pianiste de l'année et son CD "Silent Spring" a été choisi comme le meilleur disque de jazz des douze derniers mois.
En décembre 2000 Nathalie Loriers se voit octroyer le prix Bobby Jaspar par le jury de l'Académie du Jazz de Paris.

En Janvier 2002 Nathalie Loriers se lance en studio pour une nouvelle aventure ; cette fois elle adjoint au trio traditionnel trois souffleurs parmi les meilleurs en Belgique : Frank Vaganée au sax (Leader du Brussels Jazz Orchestra), Kurt Van Herck, sax et Laurent Blondiau, trompette. Le disque, Nathalie Loriers trio +extensions, "
Tombouctou" est sorti en mai 2002 et a d'emblée rassemblé les bravos des critiques : 4 étoiles dans Stage Magazine, et Choc de Jazzman... L' album a été consacré meilleur disque de l'année par Radio Klara VRT.
A la même époque, la télévision française FR3 diffuse un portrait de Nathalie Loriers ainsi que du trio + extensions.
Avec cette formation en sextet, elle participe à de nombreux festivals belges et internationaux : le Gaume Jazz festival, le Brussels Jazz Marathon, Jazzmiddelheim, la Foire de Paris, le festival de Coutances (France), le festival de Braga (Portugal), ...

En 2004, la pianiste Nathalie Loriers s'associe avec le oudiste tunisien Yadh Elyes pour former le groupe "Chemins Croisés". La rencontre de ce duo, par le biais de deux instruments symboliques de leurs cultures - le piano et le oud (luth arabe), est une combinaison rare.
Le tout nouveau répertoire est écrit par Nathalie Loriers et Yadh Elyes. Les compositions sont imprégnées de jazz et de musique orientale méditative.
Au Gaume Festival, l'été 2004, elle reçevait carte blanche pour un concert exceptionnel: elle élargira la formule de base du duo au quintet en invitant des musiciens de renommée internationale tels que Gianluigi Trovesi (clarinettes), Joêl Allouche (percussions) et Tony Overwater (contrebasse et viole de gambe électrique) .Le groupe se produira au festival de Munster en Allemagne,de Bath en Angleterre et au Jazz Mddelheim. Depuis mai 2005,l e jeune oudiste belgo-jordanien, Karim Baggili remplace désormais Yadh Elyes au sein du groupe.

En 2005, La Deux a diffusé un portrait de Nathalie Loriers : « Nathalie Loriers, a lady in jazz ». Il s'agit d' un film réalisé par Pierre Barré et Thierry Loreau. Interviews, répétitions et extraits de concerts nous plongent dans le monde de Nathalie.

Depuis 2002, Nathalie Loriers et Philippe Aerts forment un duo proposant un répertoire d' originaux et de standards.Ce duo se produit de manière acoustique, les deux musiciens étant continuellement a la recherche d' une sonorité parfaite de leur instrument.Tant par son caractère sonore que par la complicité des musiciens, cette formule permet une grande liberté;il en résulte une musique tantôt énergique et swingante, tantôt intime et délicate.

En 2007, le centre culturel « de Bijloke » à Gand propose à Nathalie Loriers de s'associer avec un des groupes s'y trouvant en résidence le « Spiegel String Quartet » pour un concert unique.
Ce tout nouveau projet réunit un quartet de jazz et un quatuor à cordes classique. Bert Joris, de sa plume experte et créative insuffle une nouvelle vie aux compositions originales de Nathalie Loriers. Ce répertoire aux lignes mélodiques pures, aux harmonies subtiles et aux arrangements raffinés, laisse une grande place à l'improvisation dans un dialogue équilibré et original entre les deux quartets. Le tout est soutenu par une des rythmiques des plus swinguantes du moment : Philippe Aerts à la contrebasse et Joost Van Schaik à la batterie.
Après plusieurs concerts,le quatuor à cordes sera remodelé et composé de Igor Semenoff, Stefan Willems(violons),Aurélie Entringer(alto),et Jan Sciffer (violoncelle) .
Le groupe enregistre en février 2009 et présente le nouvel album, «Moments d'éternité » lors du Gentjazz 2007 devant un public ravi.

En septembre 2011, elle remporte le concours de composition de la Sabam dans le cadre du concours de Jazz Hoeilaert avec 'Canzoncina' ,morceau .sélectionné en tant qu'imposé aux finalistes du concours.





Travail en tant que "sidewoman"

Durant toute sa carrière Nathalie Loriers a toujours collaboré en tant que sidewoman avec de nombreux musiciens : Philip Catherine, Toots Thielemans, Jacques Pelzer, Steve Houben, Christian Escoudé, David Linx, Diederik Wissels, Aldo Romano, Charlie Mariano,
Depuis 2002, elle participe au Big Band Européen avec des solistes et des chefs d' orchestre teld que Bob Mintzer, Gianluigi Trovesi, Kenny Wheeler,...

Egalement depuis 2002, Nathalie Loriers est la pianiste du Brussels Jazz Orchestra (BJO).
Le BJO se produit avec des solistes belges et internationaux comme Maria Schneider, Dave Liebman, Phil Woods, Philip Catherine, Bert Joris, Kenny Wheeler, Norma Winstone, Tom Harrell, ...
L'orchestre, renommé internationalement, a participé à de nombreuses manifestations : Jazz Sous Les Pommiers (France), Feldkirch Festival (Autriche), The Cutting Room (New York), North Sea Jazz Festival (Pays-Bas), Dublin Jazz Week (Irlande), ...


Travail en tant que pédagogue.

Parallèlement à sa carrière de musicienne, Nathalie Loriers enseigne le piano jazz depuis 1994 au Conservatoire Royal de Bruxelles", ainsi que dans différentes académies de musique de la communauté française de Belgique.
Depuis de nombreuses années, elle donne également des cours à l' Académie internationale d'été de Libramont.

Koninklijk conservatorium van Brussel : http://www.kcb.be
Académie de musique d'Eghezée : http://www.eghezee.be/acad
Académie d' Evere : http://www.academie-evere.be
Biographie
Discographie
Presse
Concerts
Photo Presse
Photos
Liens
Contact
 Page d' accueil